Life MIL'OUV

En mars 2012, le CEN L-R débute le montage d'un projet en vue de le soumettre à l'appel à projet LIFE + dans le volet "Information et Communication". Après plusieurs mois de travail avec les différents partenaires que sont l'Institut de l’Élevage, le Parc National des Cévennes et SupAgro Florac, le projet est soumis à la Commission Européenne pour instruction.

                  

Neuf mois plus tard, l'heureux évènement tant attendu a lieu : la Commission Européenne accepte de financer le projet LIFE MIL'OUV !

Dès la fin de l'année 2013, les partenaires vont donc s'engager dans la mise en œuvre du projet.
Celui-ci part du constat que les habitats agro-pastoraux sont d'importants réservoirs de biodiversité faisant l'objet d'engagements européens de conservation, qui sont pourtant en mauvais état de conservation à l'échelle européenne. Or il sont semi-naturels car façonnés et maintenus par les activités agro-pastorales, qui, en régions méditerranéennes et subméditerranéennes, sont reconnues comme l’outil le plus adapté à leur gestion. Maintenir ces activités est donc un enjeu majeur pour l'avenir de ces habitats. Mais les appuis à la gestion de ces milieux disponibles aujourd’hui ne suffisent plus face à un contexte en constante et rapide évolution (incertitudes des politiques agricoles, objectifs croissants de biodiversité, aléas climatiques).

Il faut faire évoluer ces appuis, pour faire évoluer les pratiques et s’adapter aux changements. Il s’agit de s’orienter vers une gestion éco-pastorale, conciliant production et bon état de conservation des habitats. C'est ce que le LIFE MIL'OUV souhaite faire, à travers des actions de sensibilisation, de formation et d'accompagnement technique de l'ensemble des acteurs concernés : les éleveurs, les techniciens qui les conseillent, les étudiants, futurs exploitants et techniciens, les enseignants qui les forment, les collectivités territoriales et gestionnaires qui gèrent les espaces, et les administrations qui exécutent les politiques publiques.

 

Texte rédigé par Pauline Bernard, CEN L-R.

Partager/Enregistrer