Appel à solidarité

Suite aux incendies qui ont ravagé deux sites emblématiques du littoral varois, propriété du Conservatoire du littoral et gérés par le CEN PACA  et le Parc national de Port-Cros, le CEN L-R exprime sa solidarité et relaie (ci-dessous) l'appel à la générosité lancé pour les aider à les restaurer.      

 

« Ensemble, restaurer les Cap Taillat et Cap Lardier »

Vous avez été nombreux à manifester votre volonté pour nous aider à restaurer les sites emblématiques et fréquentés des Caps Lardier et Cap Taillat, ces joyaux naturels du littoral varois qui ont été presque intégralement calcinés sur plus de 400 ha, suite aux incendies des 24, 25 et 26 juillet 2017. La restauration de ces sites va nécessiter des moyens considérables. C'est pourquoi, le Conservatoire du littoral, les gestionnaires des deux sites, le Parc national de Port-Cros et le Conservatoire d'espaces naturels de Provence-Alpes-Côte-d'Azur (CEN PACA), ainsi que les communes de Ramatuelle et de La Croix Valmer lancent un appel à la générosité pour l'opération « Ensemble, restaurer les Cap Taillat et Cap Lardier ».

Pour en savoir plus  http://www.cen-paca.org/index.php?rub=6&pag=6_05_1presse

Partager/Enregistrer

Inventaire des Vieilles Forêts de Plaine

Inventaire et caractérisation des noyaux de « vieilles forêts de plaine ». Pour une continuité de la trame forestière entre Pyrénées et Massif Central.

Ce projet est porté par le CEN Midi-Pyrénées.

Il  bénéficie d’un financement de l’Union européenne (Fonds FEDER), la DREAL, la Région Occitanie

Contexte et objectifs

Identifier les Réservoirs de Biodiversité Forestière à partir d’une approche descriptive de la structure et l’historique des forêts (présence de dryades naturelles, ancienneté forestière, densité de gros bois vivants et morts, diversité spécifique, diversité d’habitats et de micro-habitats) sur un territoire où nous ne disposons pas de cette information.

Une fois identifiés, ces îlots ou massifs forestiers feront l’objet d’une évaluation par un protocole adapté de l’étude menée dans les Pyrénées. L’analyse des données de ces placettes permettra une hiérarchisation des sites (ancienneté, surface, caractéristiques dendrométriques-microhabitats, menace potentielle, statut foncier, etc ....) afin d’orienter une campagne de valorisation et de maîtrise foncière pour conserver les cœurs de biodiversité prioritaires.

Enfin, les bases d’une stratégie de restauration des continuités forestières d’intérêt majeur pour la biodiversité (conversion/plantation ou connexion des boisements proches de ces cœurs et leur imbrication avec le reste de la trame forestière) seront proposées.

Durée du programme

24 mois, de janvier 2017 à fin décembre 2018.

Partenaires

CEN Midi-Pyrénées, Ecole d’Ingénieurs de PURPAN, CEN Languedoc-Roussillon, CEN Ariège et Conservatoire botanique national des Pyrénées et de Midi-Pyrénées.

Territoire du projet

Midi-Pyrénées : Zone de plaine délimitée en deçà de 600 m d’altitude pour le massif des Pyrénées et hors zonage Massif central, tel que défini par DATAR ou Loi Montagne.

Partager/Enregistrer

Motion "zones humides"

Motion sur la protection, la restauration et la gestion des zones humides!

Suite au colloque national "Réparer la nature ? l'exemple des milieux humides" qui s'est déroulé à Brest les 3 et 4 février 2016, une motion a  été adoptée afin de mieux prendre en charge la protection des zones humides. Cette motion, qui dresse un constat et liste des propositions thématiquesa été adressée à la Ministre de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer, le 14 novembre 2016. La Fédération des Conservatoires d'espaces naturels est cosignataire de cette motion. Le Conseil d'administration du CEN L-R réuni le 3 décembre 2016, a décidé d'apporter son soutien à cette motion en réponse à l'appel à soutien aux personnalités, institutions et citoyens, lancé par les initiateurs de cette démarche.

Les liens pour en savoir plus :

http://www.reseau-cen.org/fr/actualites-agenda/motion-sur-la-protection-la-restauration-et-la-gestion-des-zones-humides

Le lien pour signer la pétition :  https://www.change.org/p/soutenez-la-motion-sur-la-protection-des-zones-humides

 

Partager/Enregistrer

Enfin SOL !

« People4soil », une initiative citoyenne européenne pour la protection des sols 

https://www.people4soil.eu/fr

 

Le CEN L-R relaie l’initiative citoyenne européenne « people4soil » qui regroupe la société civile et vise à introduire une législation spécifique en matière de protection du sol en Europe.

Il est grand temps d’assurer la protection des sols en Europe

Paradoxalement, les sols ne disposent pas d’une règlementation qui leur est propre en Europe  alors qu’ils constituent l’une des ressources les plus stratégiques : pourvoyeurs de sécurité alimentaire et sanitaire, de préservation de la biodiversité et de régulation du changement climatique et qu’ils subissent des atteintes importantes : érosion, imperméabilisation, appauvrissement en matières organiques, perte de biodiversité et contamination.

Après l’échec de la directive cadre sur les sols en 2014 (http://www.solenvie.com/directive-europeenne-protection-sols/), c’est à la société civile de s’engager pour que les institutions européennes et françaises reconnaissent le sol comme héritage commun et qu’elles créent un régime de protection.

Qu’est-ce qu’une Initiative Citoyenne européenne ?

http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/basic-facts

Une ICE est une invitation faite à la Commission européenne de présenter une proposition législative dans un domaine dans lequel l'UE est habilitée à légiférer. L'initiative doit être soutenue par au moins un million de citoyens européens issus d'au moins 7 pays sur les 28 que compte l'Union. Un nombre minimum de signataires  est requis dans chacun de ces 7 États membres.

People4soil mobilise les citoyens en âge de voter pour que les sols soient enfin protégés

L’ICE est lancée en France sur le site https://people4soil.eu/fr.  et sur les sites des organisations membres dont le CEN L-R fait partie.

La collecte de signature sera ouverte jusqu’au 11 septembre 2017

En France, il faudra recueillir au moins 55 000 signatures.

La procédure d’enregistrement de l’ICE par la Commission Européenne est en cours avant de lancer la collecte de signature qui sera ouverte jusqu’au 11 septembre 2017, sur le site officiel en France.

https://www.people4soil.eu/fr

La signature est simple. Elle requiert votre numéro de carte nationale d’identité et votre adresse.

Partager/Enregistrer

Le Conseil d'administration

 

Afin de garantir sa volonté d’ouverture et de dialogue avec les acteurs des territoires où il intervient, le CEN L-R  est dirigé par un Conseil d’administration pluraliste de 25 membres (en 2016) issu des quatre collèges composant l'association  :

      1 - le collège des membres individuels,
      2 - le collège des membres associatifs représentant les associations d’études et de protection de la nature,
      3 - le collège des membres associés, représentant les collectivités locales, les gestionnaires d’espaces naturels,
      4 - le collège des membres de droit (Fédération des Conservatoires, CEN Lozère, Région, Départements …)

La durée du mandat des membres élus est de trois ans, avec un renouvellement par tiers tous les ans lors de l’Assemblée générale ordinaire annuelle.

Le Conseil d’administration élit en son sein, chaque année, un Bureau composé d’un Président, d’un Vice-président, d’un Secrétaire Général et Secrétaire Général Adjoint, d’un Trésorier.

       

      

 

      

 

Composition du Conseil d'administration
issu de l'Assemblée générale ordinaire de 2016

 

 

Composition du Bureau


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager/Enregistrer

Le Conseil scientifique

Le premier Conseil scientifique (CS) a été mis en place en décembre 2004. Lors de ce conseil, il a été procédé à l’élection du Président du Conseil scientifique du CEN L-R. Gérard DUVALLET, Professeur Émérite à l’Université de Montpellier a été élu à l’unanimité. Le CS est commun au CEN L-R et au CEN Lozère.

Le Conseil scientifique est composé d'une vingtaine de membres, universitaires de disciplines couvrant les différents champs d’intervention du CEN L-R, naturalistes et gestionnaires d’espaces naturels. La liste des membres et les fiches de présentation des membres sont données ci-dessous. 

Les missions du Conseil scientifique

Deux textes encadrent les missions confiées au Conseil scientifique du CEN L-R

  • Le décret n° 2011-1251 du 7 octobre 2011 relatif à l’agrément des CEN qui précise « que le CEN doit être doté d’un conseil scientifique constitué de spécialistes désignés pour leur compétence scientifique dans les disciplines des sciences de la vie et de la terre ».
  • Les statuts du CEN L-R (article 13) : « le CS oriente, suit ou valide les choix de sites et les modes de gestion et émet un avis sur tous les documents qui lui sont soumis. Il peut proposer les sites naturels pour lesquels une action foncière ou une action de sauvegarde est à entreprendre ».

Au-delà des missions statutaires (expertises, suivis, évaluation de la gestion, orientation des priorités d’intervention, diffusion d’informations), le Conseil scientifique est aussi un espace d’échanges et de partage d’informations sur des thématiques d'actualité, des projets innovants. Le CS est ouvert, il peut inviter des personnes ressources qui ne sont pas membres du CST afin d'enrichir les échanges et initier de nouvelles collaborations.

Le Conseil scientifique se réuni en séance plénière une fois par an. En dehors de cette réunion annuelle, plusieurs membres du CST sont désignés pour suivre de manière plus soutenue la gestion de sites ou pour travailler concrètement avec les salariés sur des questions précises, théoriques ou méthodologiques en lien avec leurs domaines de compétences.

 

Membres du Conseil scientifique en 2016




BESNARD

Aurélien

Chercheur CEFE, Biostatistiques

Fiche de présentation

BOULINIER

Thierry

Directeur de recherche CNRS, directeur-adjoint OSU-OREME, Systèmes d’information

Fiche de présentation

DEBUSSCHE

Max

Chercheur CEFE en retraite, Écologie végétale, Écologie de la conservation, membre du CSRPN

Fiche de présentation

DUVALLET

Gérard

Professeur d’université en retraite, Président du CS, Écologie Parasitaire, Entomologie

Fiche de présentation

FELDMANN

Philippe

Chercheur CIRAD, Génétique, Conservation de la biodiversité

Fiche de présentation

FONDERFLICK

Jocelyn

Ingénieur de recherche SupAgro Florac, Ecologie animale, membre du CSRPN

Fiche de présentation

FOUCAULT de

Bruno

Enseignant-chercheur en retraite, Phytosociologie

Fiche de présentation

GUERIN

Gérard

Ingénieur de recherche IDELE en retraite, Pastoralisme

Fiche de présentation

HOUARD

Xavier

Responsable scientifique OPIE, Entomologie

Fiche de présentation

ISENMANN

Paul

Chercheur CEFE en retraite, Ornithologie

Fiche de présentation

LIBOUREL

Thérèse

Enseignante-chercheuse en retraite, INFO LIRMM, Systèmes d’information et gestion de bases de données

Fiche de présentation

MATHEZ

Joël

Enseignant chercheur en retraite, Institut de botanique, Botanique, membre du CSRPN

Fiche de présentation

MOLINA

James

Responsable Conservatoire Botanique Méditerranéen, Antenne de Montpellier, Écologie végétale, Botanique, membre du CSRPN

Fiche de présentation

MESLEARD

François

Chercheur Tour du Valat, Écologie végétale, zones humides

Fiche de présentation

MIAUD

Claude

Chercheur CEFE, Herpétologie

Fiche de présentation

NAVAS

Marie-Laure

Enseignante-chercheuse SupAgro Montpellier, Écologie végétale, Compétition

Fiche de présentation

PIOCH

Sylvain

Chercheur CEFE, Écologie des arthropodes et changements globaux

Fiche de présentation

SALABERT

Jacques

Pharmacien en retraite, Mycologie, Botanique (décédé )

Fiche de présentation

SEGUIN

Marc

Chercheur, UMR Agap, Ressources génétiques

Fiche de présentation

WIENIN

Michel

Chercheur géologue, spéléologue en retraite.

Fiche de présentation

 

Partager/Enregistrer

HNV-Link

HNV-Link : un projet européen fédérateur pour défendre l’Agriculture à « Haute Valeur Naturelle »

Le travail de l’Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (CIHEAM-IAMM) sur les agricultures dites à « haute valeur naturelle » (HVN) a franchi un nouveau cap avec l’obtention d’un prestigieux financement du programme de recherche européen Horizon 2020.

L’agriculture à haute valeur naturelle (HVN) désigne les formes d’agriculture intimement associées à une riche biodiversité, via des interactions complexes entre végétations semi-naturelles, espèces et pratiques agricoles.

Le projet « HNV-LINK » (High Nature Value farming : Learning, Innovation and Knowledge –Agriculture à haute valeur naturelle : apprentissages, innovations et connaissances) mobilise un consortium de 13 partenaires et s’inscrit dans le prolongement du focus groupe sur l’agriculture HVN du Partenariat Européen pour l’Innovation (EIP Focus Group on HNV farming).

A travers ses activités de réseau, le projet a pour objectif d’identifier et de partager les innovations qui contribuent à l’amélioration de la viabilité socio-économique et au maintien des qualités environnementales des systèmes agricoles HVN et de renforcer les communautés qui les animent.

Dix zones pilotes ou « territoires d’apprentissages » seront étudiées pour mettre en valeur des types d’innovations et leurs combinaisons sur un territoire donné. Un plan de dissémination a été mis en place pour toucher agriculteurs engagés, chercheurs, collectivités territoriales et autres acteurs y compris au-delà des dix territoires d’apprentissages.

Le site pilote français correspond au Bien UNESCO Causses et Cévennes. Le travail sera coordonné par le CEN L-R aux côtés des partenaires locaux.

Parmi les principaux résultats de ce travail de recherche en réseau, la constitution d’un Atlas des territoires d’apprentissages et la compilation des innovations qui y sont repérées et analysées permettront d’organiser une « foire aux innovations » où les acteurs professionnels pourront choisir des innovations adaptées et adaptables à leurs situations.

L’ensemble du processus permettra de renforcer le plaidoyer et la communication sur les agricultures à haute valeur naturelle dans l’ensemble des systèmes d'information et de connaissances agricoles nationaux (AKIS) et au niveau des acteurs locaux, européens et méditerranéens concernés.

 

Plus d‘informations sur http://www.hnvlink.eu/

Déroulement du projet HNV-Link sur le territoire d’apprentissage « Causses et Cévennes »

Le territoire Causses et Cévennes a été retenu pour figurer parmi les territoires d’apprentissage du projet HNV-link sur la base de plusieurs critères :

  • un cadre institutionnel novateur. Chaque zone d'apprentissage à agriculture HVN est incorporée dans un cadre institutionnel spécifique qui s'appuie sur différents outils (réglementaires, conventionnels, juridiques, marchés etc.) afin de valoriser et de protéger les terres agricoles caractéristiques. La constitution d’une Entente Interdépartementale pour la gestion du Bien UNESCO Causses et Cévennes répond à ce critère.
  • un agro-écosystème HVN spécifique. Afin d'assurer la représentativité maximale de systèmes agricoles HVN existant, il convient de préciser : (1) l'éco-système "naturel" (couverture terrestre : maquis, garrigues, causses, dehesa, terres, etc.) et (2) le type d'élevage, mais aussi d'autres pratiques et activités liées à l’agriculture HVN (c.-à-d.: production de plantes médicinales et aromatiques (PMA) et agroforesterie, myciculture, etc..). Les attributs du Bien rentrent dans ce cadre là.
  • une gestion agroécologique intentionnelle de terres agricoles HVN. Dans le même temps, chaque territoire d'apprentissage doit identifier les principales questions qui menacent sa viabilité et sa durabilité pour utiliser le réseau thématique HNV-link comme un déclencheur pour construire les solutions. Les éléments figurant dans le Plan de Gestion du Bien apportent des précisions à ce sujet.
  • une configuration multi-acteurs. La dynamique de l'agriculture HVN n'existe pas en soi mais dépend de groupes d'acteurs qui jouent un rôle prépondérant dans ce processus : groupes d'Action locale, ONG, entreprises, association d’agriculteurs, etc... Par conséquent, chaque territoire d'apprentissage doit contenir au moins 4 types d'acteurs, ce qui est le cas sur le territoire du Bien Causses et Cévennes :

a) organisations professionnelles d’agriculture HVN

b) collectivités territoriales et services de soutien techniques

c) universités ou / et centre de recherche impliqués sur les questions de HVN

d) associations non gouvernementales

 

Déroulement du projet sur la période 2016-2019, en quatre étapes :
 

1ère étape : cadrage du réseau (6 mois : avril 2016 – sept 2016) : constitution itérative et participative des orientations méthodologiques, consolidant l’approche multi-acteurs. Cette première phase sera validée par une première réunion de réseau (Network Meeting, 1-2 septembre 2016, Montpellier).

2ème étape : dessiner le réseau (12 mois : sept 2016 - sept 2017) : collecte de l'information dans chaque territoire d'apprentissage, dirigée par chaque coordinateur afin de :

  • construire un ensemble d'indicateurs clairs permettant de décrire la situation actuelle de l’agriculture HVN sur chaque territoire (dessiner la « carte postale » en vue de produire un Atlas des territoires HVN), puis d'évaluer la durabilité socio-économique et environnementale de cette agriculture (identification des problèmes, des besoins...).
  • collecter, saisir l'innovation venant du terrain qui assurerait la durabilité de cette agriculture. Combiner différents types de connaissances, permettant de distinguer le succès des innovations, les défaillances ou les manques d'innovation.

Cette deuxième phase sera validée par une deuxième réunion du réseau (sept 2017, Portugal). Chaque territoire d’apprentissage présentera son « processus d'innovation ». Une foire aux innovations permettra à chaque territoire de cibler et communiquer auprès des autres territoires, transférer/adapter ces innovations ou ressources, outils, compétences techniques disponibles dans le réseau.

Retour sur l'approche participative développée pour construire le diagnostic initial du territoire (baseline assessment)

afficher l'animation dans un nouvel onglet

3ème étape : utiliser le réseau (15 mois : sept 2017 – déc 2018) : Constitution d'un plan d'action de diffusion dans chaque territoire, pour parvenir à une solution autonome pour les problèmes identifiés sur la viabilité de l’agriculture HVN.

4ème étape : extension du réseau (3 mois : déc 2018- mars 2019). Cette dernière phase du déploiement du projet HNV-Link cherchera à communiquer à l’extérieur du réseau, influer les politiques nationales et plaider pour des questions spécifiques HVN au niveau européen. Cette phase sera clôturée par la dernière réunion du réseau, organisée comme un important colloque à Bruxelles, sur la durabilité des zones HVN au niveau européen (déc 2018).

Partager/Enregistrer

HNV-link : un projet européen fédérateur pour défendre l’Agriculture à Haute Valeur Naturelle

 

HNV-link : un projet européen fédérateur pour défendre l’Agriculture
à « Haute Valeur Naturelle »
 

L’institut agronomique méditerranéen de Montpellier (CIHEAM-IAMM) vient d’obtenir un financement du programme de recherche européen pour la recherche et l’innovation Horizon 2020 pour participer au projet européen de recherche «HNV-Link» High Nature Value farming : learning, innovation and knowledge (en français «Agriculture à Haute Valeur Naturelle : apprentissage, innovations et connaissances»). L’objectif du projet est d’identifier et recenser les solutions qui contribuent à l’amélioration de la viabilité socio-économique et au maintien des qualités environnementales des systèmes agricoles HVN. Il rédigera aussi un corpus des innovations afin d'éditer un atlas de ces territoires d’apprentissage pour mettre en valeur les acteurs qui les animent et leurs savoirs. Ce projet rassemble un consortium de treize partenaires qui mettent en avant dix «territoires d’apprentissage» situés sur des zones de biodiversité exceptionnelle et façonnés par les pratiques agricoles locales. Le CEN L-R est pilote sur le territoire du Bien UNESCO Causses et Cévennes, géré par l'Entente Interdépartementale Causses et Cévennes. Le projet a débuté en avril 2016 avec un financement de 2,2 millions d’euros et durera trois ans.

Plus d’informations sur le site Internet du projet : http://www.hnvlink.eu/

Partager/Enregistrer

Journée du Patrimoine: Découvrez le patrimoine naturel de Castelnou (Pyrénées-Orientales)

A l'occasion des Journées du Patrimoine, nous vous proposons de découvrir le patrimoine naturel de Castelnou, dans les Pyrénées-Orientales.

Le 19 septembre 2015, venez découvrir la richesse faunistique et floristique de Castelnou.
Au travers d'une balade de 2 heures environ, vous partirez à la rencontre des derniers papillons de l'année, des oiseaux et des aménagements mis en place pour les reptiles.

Rendez-vous à 10 heures sur le parking de la table d'observation de Castelnou  (RD 48, juste avant le village).
Prévoyez des chaussures de marche et ouvrez grand les yeux !

Pour faciliter l'organisation, n'oubliez pas de vous inscrire :


 

Activité proposée: 

Date: 

Samedi, Septembre 19, 2015

Lieu: 

Partager/Enregistrer
Subscribe to Front page feed