Le patrimoine de la Réserve

Le patrimoine de cet espace naturel protégé présente une extrême richesse biologique, culturelle et paysagère.

Les habitats

35 habitats ont été recensés sur la Réserve. Ceux-ci sont variés et contrastés. Ils peuvent être regroupés en plusieurs grands types :

  • pelouses rases et clairsemées typiques de la région méditerranéenne ;
  • taillis impénétrables dominés par le Chêne vert et garrigues arides sur le plateau ;
  • falaises calcaires abruptes, marquant des gorges étroites et profondes ;
  • grottes larges ou étroites, peu profondes à profondes ;
  • berges fraîches et luxuriantes sur les rives du Gardon.

 

Clairière en bordure de taillis de chênes verts (© CEN L-R)

 

Falaises  calcaires (© CEN L-R)

 

 

 

 

 

 

Aven de la Clastre (© T. Montesinos)

 

Ripisylve en bord de Gardon (© CEN L-R)

 

La flore

Parmi les quelques 500 espèces inventoriées sur la Réserve, on recense 18 espèces végétales remarquables, principalement dans les pelouses sèches calcaires, les diverses zones humides et les milieux rocheux. Parmi elles, 2 espèces sont protégées au niveau national : l’Herbe barbue (Heteropogon contortus) et  la Gagée de Granatelli (Gagea granatelli).

 

A gauche, Heteropogon contortus et à droite, Gagea granatelli (© CEN L-R)

La Réserve a une responsabilité forte dans le suivi de l’évolution des populations de ces espèces, ainsi que dans le maintien de la présence de ces populations.

La faune

Quant à la faune, qu’elle soit aquatique, terrestre ou souterraine, elle comporte aussi plusieurs espèces rares, souvent typiquement méditerranéennes, bénéficiant parfois d’un statut de protection. Pour avoir plus de précisions sur les espèces présentes, et en attendant l’actualisation de la liste des espèces de la Réserve, qui sera effectuée en 2015,  il est possible de consulter le diagnostic du plan de gestion 2010-2014  et les rapports des différents inventaires et suivis (voir la rubrique "La documentation").

Echantillon des espèces d'insectes présentes sur la Réserve(© CEN L-R)

On retiendra quelques remarques importantes.

Tout d’abord, il est à noter que la mosaïque d’habitats variés qu’abrite la Réserve, et le fait que cet espace soit préservé au mieux des menaces qui le guette, sont probablement les raisons principales du très grand nombre d’espèces animales observées. Pour apprécier la richesse de la Réserve en termes d’espèces animales, et envisager la protection et la gestion du site, on tiendra évidemment compte des espèces bénéficiant d’un statut de protection, mais on ne s’arrêtera pas là, et on considérera tout le cortège d’espèces présent dans un habitat donné.

Par ailleurs, l’effort de prospection (la pression d’observation) est très fort, puisque des études sont menées sur certains groupes d’espèces durant plusieurs années de suite, et qu’un technicien est présent régulièrement sur le site. La Réserve est le seul site des gorges du Gardon qui bénéficie de tant d’attention sur autant de groupes d’espèces différents. Cette caractéristique peut participer également à justifier le grand nombre d’espèce observé. 

Le patrimoine culturel

Outre un patrimoine naturel très riche, la Réserve abrite aussi de nombreux vestiges de la longue occupation humaine de ce territoire, tels que :

  • la grotte de Saint-Vérédème, site archéologique majeur occupé dès le Néolithique,
  • l’ermitage Saint-Vérédème qui abrite une chapelle romane du XIIe siècle,
  • de nombreuses charbonnières et fours à chaux utilisés jusqu’au XIXe siècle,
  • un oppidum, indice de l’existence passée d’une cité romaine, …
Partager/Enregistrer